Valider les acquis de l’expérience

La validation des acquis de l’expérience (VAE) est l’opportunité donnée à tout salarié, quels que soient son âge et son niveau de formation, d’accéder à une certification (diplôme, titre ou certificat de qualification professionnelle) sans obligatoirement suivre une formation. Il lui suffit de justifier d'au moins un an d'expérience en rapport direct avec la qualification visée.

La VAE permet de faire reconnaître et de valoriser les connaissances et savoirs accumulés au fil du temps, à l’occasion d’activités salariées ou non salariées (mandats syndicaux, vie associative, etc).

Le décret n°2014-1354 du 12 novembre 2014 précise le périmètre et le contenu des actions de préparation à la validation des acquis de l’expérience. L’accompagnement débute dès que le dossier de demande de validation a été déclaré recevable et prend fin à la date d’évaluation par le jury.

Chaque candidat à une VAE peut ainsi :

  • progresser vers un nouveau poste et des responsabilités accrues ;
  • accéder à une formation nécessitant des pré-requis en termes de diplôme ;
  • entretenir son employabilité et préparer une reconversion vers d’autres activités ou un nouveau métier.

La VAE peut s’effectuer dans le cadre d’un congé de formation, du plan de formation de l’entreprise ou du Compte personnel de formation. Elle peut aussi s’articuler avec une période de professionnalisation. Tout candidat à une VAE doit obligatoirement bénéficier d’un accompagnement.

Quel financement ?

La prise en charge des dépenses liées à la VAE (frais d’inscription, frais de jury, etc) et la rémunération éventuelle du candidat peuvent être assurées :

  • par le FONGECIF (Fonds pour la gestion du congé individuel de formation), quand la VAE est à l’initiative du salarié ;
  • par AGEFOS PME - CGM, par le biais du Compte personnel de formation ;
  • par AGEFOS PME - CGM ou l’entreprise, quand le projet est porté conjointement par l’entreprise et le salarié.